Tapis marocain

Depuis des siècles, l’origine du tapis berbère continue d’alimenter les mystères. En se basant sur leurs dessins, il est possible de voir une ressemblance avec les peintures des rochers de l’ère néolithique. En revanche, certains spécialistes en œuvre d’art affirmaient que la confection du tapis Marocain remonterait à plus 10 000 ans. Trêve de théorie, l’information sûre est qu’il apportera une déco singulière à une pièce. En bonus, vous constaterez son apport en chaleur.

Affiner votre recherche

Expédié sous

Prix

135 € - 3990 €

Dimensions

Technique de fabrication

Origine

Marque

Trier

  • Prix croissant
  • Prix décroissant
  • Nouveaux produits
Résultats 1 - 15 sur 170.
Résultats 1 - 15 sur 170.

Un tapis durable dans le temps

Les tapis marocains sont connus pour leur durabilité. Cette faculté est tirée en grande partie de leurs matériaux de fabrication. Lors de leur première exploitation, la laine était la plus utilisée. Le matériau est issu des toisons de divers animaux à l’exemple du mouton ou le chameau.

La laine présente d’innombrables qualités. Elle est une excellente isolante face aux froids. Elle est également hydro-régulatrice. Cela signifie que le tapis en laine est capable de maintenir ses propriétés lors de l’absorption de l’humidité. Vous saurez même qu’elle est ignifuge et antistatique. Puisqu’elle ne retient pas les poussières, l’utilisateur sera épargné contre les entretiens fréquents.

Il a fallu plusieurs siècles avant que le coton apparaisse sur le marché. Il offre des caractéristiques assez proches de la laine. Cependant, vous remarquerez une différence au niveau du prix. Le tapis en coton absorbe facilement l’humidité, car c’est une matière respirable. Le coton est capable de conserver la forme du tapis. De plus, il est doux et confortable au contact des pieds. Une autre alternative consiste à adopter le tissu recyclé. Cette fois-ci, les tissus récupérés subissent maintes étapes de transformation pour disposer d’une nouvelle fibre.

Un tapis aux formes variées

Le style des tapis marocains a évolué à travers le temps. Il est ainsi envisagé de voir des tapis en forme carrée, ovale, ronde ou encore rectangulaire. Ce dernier reste discret dans un salon. Il est perceptible sous divers motifs, épaisseurs ou encore styles. Vous pouvez même sélectionner la longueur des poils selon vos besoins.

Le tapis rectangulaire est aisé à mettre en place dans un espace. Il trouvera sa place en dessous d’une table basse de même aspect géométrique. Il jouera un rôle central pour vos canapés. Vous pouvez également poser l’élément sous le lit. Si vous prévoyiez d’intégrer le tapis sous une table, le mobilier devrait être de configuration similaire.

La forme rectangulaire est polyvalente. Mais, elle conviendra davantage aux petits et moyens emplacements. Si vous avez une pièce spacieuse, il est préférable d’adopter le tapis rond. La taille du tapis rectangulaire doit être supérieure au mobilier du dessus. Pour une table qui accueille 10 invités, elle sera de grandes dimensions. Le même cas est à mentionner si vous avez une table extensible. Le tapis doit disposer de 50 à 60 cm en prenant les pieds arrière d’une chaise comme référence. Vos convives profiteront ainsi du confort du tapis en reculant leurs sièges.

Le noué main ou tissé main ?

Les tapis noués main sont les preuves du savoir-faire artisanal des Marocains. Ils sont esthétiques et issus d’une étape de fabrication complexe. Le nouage a pris énormément de temps aux tisserands. Ils sont considérés comme les ancêtres des tapis actuels. Sa conception demande des compétences spécifiques. Ces méthodes ne sont pas accessibles à tout le monde puisqu’elles se transmettent de génération en génération.

Plusieurs éléments permettent de distinguer le tapis noué main. Ils trouveront facilement leur place dans une habitation aux décorations classique ou moderne. L’accessoire offre une élégance sans pareil à un salon ou au bureau. Sa forme est préservée malgré l’écrasement des pieds ou d’un meuble. Ici, le nouage est effectué sur les fibres en laine. Mais, il est d’autant envisageable d’appliquer la technique sur les cotons ou les tissus recyclés. À noter qu’un tisserand peut parfois mixer les matériaux. Son objectif est d’améliorer la solidité des fils.

Le tapis tissé main est une autre forme de tapis artisanaux. L’un des avantages de ce type de tapis reste sa grande élégance. Contrairement au nouage, deux types de fils sont entrecroisés jusqu’à la réalisation d’une trame. Le tapissier disposera donc d’un tapis coloré ou à motif. Le tapis a également nécessité un nœud aux densités élevées. L’accessoire est donc de qualité.

Un tapis marocain unique

Un tapis marocain peut être kilim ou berbère. Les deux accessoires sont disparates d’un point de vue texture. En touchant le kilim avec la main, vous sentirez de la rigidité. Son poids est également plus léger. De son côté, la berbère est lourde et souple. Il est présenté avec des motifs géométriques variés. Ils sont teintés avec une diversité de coloris. Le kilim diffusera l’esprit patchwork. Il est créé à partir de la technique du tissage. Le tapis berbère est noué à la main.

Le tapis berbère est aussi connu sous l’appellation tapis du roi. Il est le résultat de la tradition ancestrale. Sa création est le fruit des inventivités de la tribu Béni Ouarain. Il exprime un ton minimaliste. Les teintes visibles sont principalement le noir et le blanc. Vous verrez des figures géométriques montrant des losanges ou triangles. L’accessoire avait la fonction de protéger contre le froid et servait aussi de matelas la nuit. Quand on évoque le tapis berbère, deux autres concepts sont à mentionner. Il s’agit de Boucherouite et Azilal.

Dans un tapis berbère Boucherouite, les motifs mettent en exergue l’art abstrait. De plus, il possède des couleurs chatoyantes. Il est adapté pour les habitations exploitant le style vintage. Il garantit l’unicité des modèles. Vous ne trouverez pas deux tapis de même coloris et motifs.

Au début du XXème siècle, le tapis Azilal permettait aux femmes berbères de retracer leurs vécus. Les tisserands relataient alors la maternité, les mariages ou encore les naissances grâce à des images. Les couleurs vives ornent le tapis. Vous saurez aussi que les peintures étaient puisées des plantes telles que les grenadines. De nos jours, les motifs montrent des losanges, carrés. Un grand changement est donc intervenu au fil des ans.

Nous vous proposons aussi des tapis turcs, indiens ou persans.

Comment choisir le motif ?

Comme précédemment expliqué, le tapis kilim montre des figures en patchwork. Il y a encore une autre alternative qui consiste à miser sur le tapis ethnique. Vous trouverez d’innombrables tapis colorés tels que le rouge, le bleu… Pour plus de discrétion, il existe encore le gris ou le noir. Les tapis traditionnels peuvent être unis ou dotés d’un mix de coloris.

Le tapis Marocain reste facile à utiliser dans une habitation. Il pourra parfaitement s’intégrer dans un style scandinave ou industriel. Pour adopter le tapis marocain, il est utile d’effectuer quelques sacrifices dans le design intérieur de la maison. En effet, vous devriez privilégier les meubles aux couleurs unis. Dans le cas contraire, la pièce deviendra lourde d’un point de vue esthétique. Une décoration réussie combinera par exemple un canapé blanc et un tapis noir à motif.

Un accessoire décoratif facile à entretenir

L’élément est aisé à entretenir, car il suffira d’aspirer avec une machine. Un coup de balai est également suffisant. Et de temps en temps, vous devez donner des coups secs au tapis pour voir les poussières s’extirper des fibres. L’opération devrait se faire à l’extérieur du domicile pour éviter d’éparpiller les poussières partout dans la pièce. Il est déconseillé de laver régulièrement la laine. Vous pourriez rétrécir sa taille. Par contre, le lavage est autorisé sur le coton et sans condition particulière.

Lettre d'informations

Je m'inscris

Suivez-nous :